Agronomie

Comment satisfaire au Grenelle de l’environnement et aux directives européennes sans condamner les différents types d’agriculture en France et en Europe ?

Comment replacer et reconsidérer les métiers de la terre tout en préservant sa diversité au centre de notre société ?

 

En France, nous ne sommes pas totalement en conformité avec les directives européennes et les engagements du Grenelle de l’environnement. Ainsi, en matière de rejets polluants touchant les eaux, rivières et nappes phréatiques, il apparaît encore l’usage excessif de produits chimiques dans le traitement des terres arables.

Le concept macro-économique, imposé aux différents types de productions agricoles souvent intensives, se fait au mépris de la qualité des récoltes, de l’environnement, aux conséquences, entre autres, néfastes pour la santé.

Les modes d’exploitation, imposés aux agriculteurs, bénéficient, semble-t-il, de complicités d’intérêts dans les décisions prises sous l’influence des Corps de l’Etat, les lobbies, les syndicats agricoles majoritaires liés à l’industrie agro-alimentaire.

Les certitudes immuables et les intérêts à courte vue génèrent une déstabilisation presque mondiale. A cela s’ajoute, comme en Bretagne, des pénalités financières pour le non-respect des directives européennes, se chiffrant à plusieurs centaines de millions d’euros.

Cette déstabilisation entraîne paradoxalement des surproductions mais aussi pollution, méventes, déficiences sanitaires, bas prix et appel à subventions.


Aujourd’hui il est nécessaire pour la sauvegarde de l’agriculture de reconsidérer et de valoriser tous les pans de la richesse de toutes les agricultures.



Le vin

Le vin, tient une place particulière et importante dans ce domaine.

 

A ce titre, nous vous proposons de découvrir un vin innovant , atypique, unique en son genre.

Redécouvrez le plaisir du vin blanc, avec un vin élaboré grâce aux biotechnologies par champ fréquentiel, qui lui confèrent des propriétés bénéfiques pour votre organisme.

Il vous laissera un très agréable souvenir qui vous donnera envie de le retrouver.

En le dégustant, il ne génère ni mal de têteni désagrément d’ordre digestif.

 

Ce vin unique est le fruit d'une méthode mise au point par le chercheur indépendant Lorousain, Daniel Tarlevé : le concept CEVE (Concept Energétique pour la Vie et l’Environnement). Technique particulièrement pionnière, allant au delà des approches conventionnelles de l’agriculture raisonnée et du bio.


Unique aussi par sa vinification sur lie (pratique rare) dont les caractéristiques anti-oxydantes ne sont plus à démontrer, qui participe également à ses propriétés positives, il présente en outre la particularité et le grand avantage de se conserver remarquablement dans le temps, et de se bonifier au fil des ans.

« Boire ces vins, c’est boire du génie »

Baudelaire

La bouteille                                                 les vignerons                                                la cave

Résumé de la démarche

Au Pallet (44) Fabienne et Dominique Richard de Tournay offrent à leurs vignes des pratiques culturales et de vinification aussi pragmatiques que novatrices issues d’une méthode mise au point par le chercheur indépendant Lorousain, Daniel Tarlevé : le CEVE, Concept Energétique pour la Vie et l’Environnement. Résultat : un vin aux saveurs originelles dénué de toute mémoire physico-chimique.


Explications.

Du Muscadet au Melon de Bourgogne

« Notre démarche, tournée vers les fondamentaux, se décline en 3 axes explique Dominique, vigneron depuis 1975 et propriétaire  du Domaine : Les Chais de la Cour en Loire Atlantique.

La première consiste à redonner au cépage ‘Melon de Bourgogne’ ses lettres de noblesse, en mettant en valeur son nom d’origine ».

 

Importé en pays nantais vers 1635, ce cépage venu de Bourgogne s’est implanté dans la région suite au terrible hiver de 1709, durant lequel il a montré une grande résistance au gel. Après la maladie du phylloxera au début du 20 ième siècle il s’est imposé définitivement.

 

Leur objectif est de reconquérir l’image de ce vin blanc élevé sur lie, par une véritable éthique de production « loin des dérives regrettables qui ont engendré la perte de confiance du consommateur » ajoute Fabienne.

Un vin informé élevé sur lie

la lie en fond de tonneau

Pour redorer le blason du ‘melon de Bourgogne’ le second principe consiste à mettre en place un mode de production particulièrement pionnier, allant au delà des approches conventionnelles de l’agriculture raisonnée et du bio.

« Les soins apportés par Dominique à la terre, aux vignes et lors du processus de vinification reposent sur la méthode Plocher. Sur les conseils de Daniel Tarlevé, les produits naturels employés sont additionnés d’eau informée. Cette eau, exempte de mémoire physico-chimique, a reçu une information vibratoire correspondant à la résonance de la terre nommée résonance de Schumann.» précise Fabienne.



Aux découvertes en hydrologie de l’autrichien Viktor Schauberger (1930), ont succédé dans les années 90, les travaux du japonais Masaru Emoto que corrobore Jacques Collin, auteur des ‘Mystères de l’eau organique’. J Collin indique qu’« au niveau pratique, la fonction de mémoire de l’eau, y compris l’homéopathie qui en est une application bien connue, se révèle comme un vecteur primordial pour capter et véhiculer toute information énergétique vibratoire et vitale nécessaire au fonctionnement biochimique du vivant ». Ce procédé combiné permet de redynamiser le sol et de stimuler la vie microbienne et macrobienne tout en favorisant la réactivation racinaire.

la cave

 

Ce vin mérite vraiment d'être connu.


Merci de nous contacter pour de plus amples informations

A consommer avec modération


L'avenir de l'agriculture

Agroforesterie, ou comment allier le rendement agricole au respect de la nature ?


Agriculture intelligente : des canards pour remplacer les pesticides

Le résultat est stupéfiant

Comme le dit si intelligemment Bernard PUJOL « cid » c’est je détruis, c’est pas loin d’homicide, moi je ne détruis pas, moi je gère le vivant et ce vivant là est capable de faire le même travail.

Il n’y a pas de violence faite, ni aux animaux, ni aux végétaux, ni à la terre, ni au consommateur qui se nourrira de tout cela »


Environnement : le point sur les agricultures sans pesticide

Le biocontrôle